jeudi 10 mai 2018

COMMUNIQUE "Point sur les conditions de circulation ferroviaire dans les vallées Roya-Vermenagna en MAI 2018"




Communiqué
Point sur les conditions de circulation ferroviaire
dans les vallées Roya-Vermenagna en MAI 2018

Le Comité Franco-Italien de défense de la ligne Nice-Cuneo-Ventimiglia s’indigne de la situation d’abandon dans laquelle sont plongés les habitants de nos vallées Roya et Vemenagna.
Les communications terrestres entre la France et l’Italie sont coupées par l’incompétence et l’imprévision des autorités.
1°) La ligne ferroviaire, vitale pour nos vallées et les relations franco-italiennes, reste fermée alors qu’elle aurait dû ouvrir le 30 avril. Contrairement aux accusations scandaleuses de la direction SNCF, les cheminots en lutte pour la défense du service public ferroviaire ne sont en rien responsables du non achèvement des travaux dans les délais prévus.
2°) L’inondation survenue dans le tunnel routier ne peut être imputée aux seules intempéries quand on connait la mauvaise gestion du percement du nouveau tunnel parallèle à l’ancien.
Nous exigeons :
- que toute la lumière soit faite sur cette accumulation de mauvaises gestions,
- que tous les moyens soient mis en œuvre pour rétablir au plus vite la liaison ferroviaire qui prouve une fois de plus sa meilleure fiabilité pour peu qu’on y mette les moyens.
Le rétablissement rapide de cet axe est possible par une relation ferroviaire entre Limone-Vievola, si la France et l’Italie unissent leurs efforts comme le proposent les autorités italiennes par la voix de Monsieur Lido RIBA, Président de l’UNCEM Piémont.
Au nom des usagers et des habitants de la Roya et de la Vermenagna, nous réitérons notre exigeance que soient désenclavées au plus tôt les vallées Roya-Vermenagna, par cette voie de circulation la plus directe au sud des Alpes entre la France et l'Italie qu’est la voie ferrée Nice-Cuneo-Ventimiglia, et, comme nous l’avons porté maintes fois, la reprise des travaux visant au retour de la circulation à 80 km/h, et la refondation équitable de la Convention de 1970 pour la ligne entre les Etats français et italiens, restée lettre morte depuis des années.

vendredi 23 février 2018

Communiqué de la FNAUT du 23/10/2017 : "SNCF, une stratégie incompréhensible et dangereuse pour l'avenir du rail"



SNCF : une stratégie incompréhensible et dangereuse pour l’avenir du rail


lundi 23 octobre 2017

Selon une déclaration du président de SNCF Mobilités lors du récent congrès de la FNTV, « la SNCF a l’ambition que le car TER soit meilleur que ce que le train peut faire ». Cette déclaration suscite l’incompréhension de la FNAUT, qui demande un recentrage de l’exploitant sur son métier de base : faire circuler des trains.
TER : train et car sont nécessaires et complémentaires
Les vocations des deux techniques sont complémentaires : le train, avec un bon rapport qualité prix, doit desservir les lignes ferroviaires intéressantes, qui ne se limitent pas à quelques lignes à grand trafic. Le car doit le compléter dans les zones de faible densité ou dépourvues de voie ferrée.
Le train doit être mieux exploité avant tout transfert sur route
Le train régional est bien mieux exploité par les opérateurs étrangers qu’il ne l’est en France, y compris sur des lignes à faible trafic. Pourquoi SNCF Mobilités ignore-t-elle leurs méthodes ? Transférer le service ferroviaire sur route est prématuré, c’est faire l’inverse de ce que souhaitent les usagers du TER.
Le car est utilisé à contresens
Pour réaliser des économies apparentes, au lieu de chercher à contenir la dérive de ses coûts de production, la SNCF remplace souvent les trains TER par des cars aux heures creuses. Or, une fois le train acheté, son coût marginal d’utilisation est faible : le train doit donc être utilisé toute la journée, pour capter un maximum de clientèle. C’est en heure de pointe que le car est utile : il permet de vraies économies en évitant un sur-investissement en matériel ferroviaire.
Une stratégie incompréhensible
Le projet d’entreprise « Excellence 2020 » propose une diversification des activités de la SNCF, mais oublie le sujet principal : le ferroviaire national ! Pendant ce temps, les cars Ouibus (filiale de la SNCF) sont déficitaires et, de plus, concurrencent les TGV et les trains Intercités. Quant aux services de covoiturage IDVROOM, ils concurrencent les trains TER.
La SNCF se trompe de métier et ferait mieux de s’exprimer sur le développement du ferroviaire. La FNAUT demande que les Assises de la Mobilité débouchent sur un recentrage de SNCF Mobilités sur ses activités ferroviaires, dans l’intérêt des voyageurs et de la collectivité, et sur sa mise en concurrence avec d’autres opérateurs pour l’exploitation du TER.